La veille

La veille

Marguerite Paquin vit dans une résidence pour aînés où 14 soeurs de sa communauté religieuse sont décédées de la COVID-19. Le film nous mène de la grandeur des paysages de la Côte-Nord, où Marguerite a travaillé pendant 47 ans, jusqu’au confinement de sa chambre actuelle, où elle trouve une forme de liberté par la prière et une solidarité inébranlable pour ses consœurs souffrantes.

Ce film fait partie de la collection La courbe : des histoires de distanciation sociale qui nous rapprochent. Cliquez ici pour en voir plus.

Embed this code on your site

Video player width

by (( height )) Reset
Credits
  • director
    Christine Chevarie-Lessard
  • script
    Christine Chevarie-Lessard
  • participant
    Marguerite Paquin
  • producer
    Pierre-Mathieu Fortin
  • None
    François Pesant
    Geneviève Thibert
    Cynthia Ouellet
    Alain Ostiguy
    Yannick Carrier
    Joëlle Lapointe
  • editing
    Vincent Guignard
  • sound design
    Catherine Van Der Donckt
  • music
    Jean-Olivier Bégin
  • location sound
    Richard Lavoie
  • technical support - editing
    Pierre Dupont
    Marie-Josée Gourde
    Patrick Trahan
  • titles design
    Daphnée Brisson-Cardin
  • on-line services
    Yannick Carrier
  • sound effects creation
    Nicolas Gagnon
  • post-sync effects recording
    Geoffrey Mitchell
  • sound mixer
    Isabelle Lussier
  • administrator
    Sia Koukoulas
  • production coordinator
    Alexandra Bourque
    Chinda Phommarinh
  • studio coordinator
    Gabrielle Dupont
  • technical coordinator
    Daniel Claveau
  • delegate producer
    Mélanie Lasnier
  • executive producer
    Nathalie Cloutier

  • None

    «Avoir la FOI, c'est croire sans voir.» -André Comte-Sponville Cela dit, ce film est magnifique. L'authenticité du personnage est tellement touchante. Le bon sens, l'intelligence, la générosité, l'engagement, la volonté d'actualiser une FOI que je n'ai pas. Je suis athée. Je suis athée. J'ai 72 ans. Psychosociologue à la retraite, je ne peux pas et ne pourrai jamais me défaire de ce maudit métaregard qui m'oblige à voir le monde tel qu'il est, cad en décadence. Aucun système de croyances ne me protège. Je vis dans une RPA à Montréal ou l'infantilisation des vieux est la stratégie de communication avec les locataires. Je ne suis ni heureuse ni malheureuse. L'énergie qui m'habite est équivalente à celle de Soeur Marguerite mais elle ne lui correspond pas. Mon énergie ne me vient pas de la FOI mais de la rage de vivre qui m'indique le chemin depuis ma naissance. Je suis née sur la Côte-Nord en 1948 (sans eau courante ni électricité, ni route pour s'y rendre). Mais le Saint-Laurent, les lacs, les rivières, les arbres, les oiseaux, des parents responsables, des grand-parents admirables, etc. ÇA AIDE ! Cela dit, Soeur Marguerite a tout de même raison. Il est beaucoup plus difficile de passer au travers d'une vie, sans la FOI car, sans la FOI, les croyances ainsi que le mode d'emploi qui viennent avec, au final, on doit se débrouiller seul.e. Je suis athée. Je n'y peux rien. Je l'assume et j'en assume les conséquences. Mais j'envie la sérénité d'âme qui transparaît chez Soeur Marguerite. Merci pour ce moment de veille.

    None, 16 Dec 2020