La fin des certitudes

La fin des certitudes

| 45 min

Plus d’une décennie après la crise financière mondiale de 2007-2008, qu’en est-il de la mondialisation ? Le cinéaste-philosophe Jean-Daniel Lafond nous ouvre les portes du Forum économique international des Amériques, un gigantesque rassemblement annuel où économistes, financiers et politiciens s’expriment sur les grands enjeux de l’heure. Grâce aux témoignages privilégiés d’une vingtaine d’hommes et de femmes d’influence, La fin des certitudes se présente comme une méditation, à plusieurs voix, sur l’état du monde. Un documentaire d’observation qui tisse un bilan lucide de la mondialisation — avec les idéaux, les désillusions, les craintes et les espoirs qu’elle suscite — et plaide pour la naissance d’un nouvel humanisme, plus inclusif et équitable.

Embed this code on your site

Video player width

by (( height )) Reset
Credits
  • participation
    Gil Rémillard
    Paul Desmarais Jr
    Pascal Lamy
    Angel Gurria
    Jean Lebel
    Lynn Forester de Rothschild
    Gabriela Ramos
    Kako Kossivi Nubukpo
    Brigitte Alepin
    Myrlande Pierre
    Louis Audet
    Thierry Breton
    Bernard Spitz
    Gérard Mestrallet
    Siila Watt-Cloutier
    Kerline Joseph
    Enrico Letta
    Jack Jedwab
    Thierry Dassault
    Thomas Derichebourg
    Monique Leroux
    Maria do Carmo Silveira
    Patricia Scotland
    Rebeca Grynspan
  • research
    Jean-Daniel Lafond
  • script
    Jean-Daniel Lafond
  • direction
    Jean-Daniel Lafond
  • producer
    Jean-Daniel Lafond
    André Picard
  • editing
    Babalou Hamelin
  • music
    Catherine Debard
  • None
    Alberto Feio
    Nathalie Moliavko-Visotsky
    Pascal Carcanade
    Carlos Narvaez
    Larissa Christoforo
    Hugo Spitz
    Audrey Truchon
    Éléonore Vinais
  • location sound
    Jean-Denis Daoust
    Pascal Carcanade
  • sound editing
    Mélanie Gauthier
  • supplementary footage
    Jean-Daniel Lafond
    Laurent Cibien
  • researcher
    Pamela Elizabeth Grimaud
    Marika Lapointe
  • online editing
    Denis Pilon
  • colour timing
    Denis Pilon
  • sound mixing
    Isabelle Lussier
  • editing technician
    Pierre Dupont
    Marie-Josée Gourde
    Patrick Trahan
  • design animation
    Mélanie Bouchard
    Cynthia Ouellet
  • transcripts
    Marie-Éden Lafond
  • administrator
    Isabelle Limoges
  • production coordinator
    Julia Dawson
    Gabrielle Dupont
    Marcia Seebaran
  • technical coordinator
    Daniel Lord
  • executive producer
    André Picard
  • press relations
    Marie-Claude Lamoureux

  • xavier

    Très déçu par ce film qui dresse un portrait extrêmement élitiste de la mondialisation. Comme l'a déjà mentionné un autre dans les commentaires, on y voit le point de vue des gagnants de la mondialisation, dont un charmant monsieur avançant que la lutte contre les changements climatiques ne devraient pas être considéré prioritaire. Sous leurs belles paroles, nous savons très bien qu'alors que les populations les plus pauvres s'appauvrissent, ils continuent de s'enrichir en exploitant les plus vulnérables. Vraiment minable

    xavier, 3 Jan 2021
  • Neuvf-France

    All in

    Neuvf-France, 14 Dec 2020
  • None

    L'intérêt de ce film est de voir le point de vue des gagnants de la mondialisation. Ils n'y sont pour rien. C'était inévitable et cela le restera. Certains reconnaissent bien qu'ils y sont allés un peu fort, mais il n'est nullement question de remettre en question quoi que ce soit. Leurs solutions ? Un peu d'humanisme, de l'éducation, trouver une façon de réintégrer les laissés pour compte, développer encore davantage la technologie, mais nulle allusion au partage de la richesse. Ils ne font aucune allusion à la mise à l'écart des parlements , par les accords de libre-échange, pour contourner les lois et règlements protégeant les travailleurs, l'environnement, répartissant la richesse, donnant accès à l'éducation et aux soins de santé. L'État, connaît pas. Le clou du film, l'épouse du cinéaste, ex-Secrétaire générale de la Francophonie qui tente de se donner une certaine dignité alors qu'elle a été pendant des années à deux mains dans le plat de bonbons de l'argent public pour se servir. C'e film est l'exact endos d'un autre film de l'ONF : La démocratie. À voir.

    None, 14 Dec 2020