Marcel Carrière, récipiendaire du prix Albert-Tessier 2011

By Marc St-Pierre

Watch the playlist

Curator's description

Le 8 novembre 2011, Marcel Carrière a reçu le prix Albert-Tessier, soit la plus haute distinction cinématographique québécoise. Ce prix couronne l’ensemble de sa carrière et atteste la richesse de sa contribution au cinéma d’ici. Réalisateur, preneur et ingénieur du son, administrateur, il aura mené une carrière exceptionnelle à l’ONF pendant près de 40 ans. Son nom figure au générique de plus d’une centaine de films, dont plusieurs ont marqué le cinéma québécois, comme Les raquetteurs (1958), La lutte (1961), Pour la suite du monde (1962), Le chat dans le sac (1964), pour ne nommer que ces quelques titres. Technicien polyvalent, inventif, créatif, toujours à l’avant-garde des innovations techniques et artistiques, documentariste chevronné, sensible aux questions sociales, cinéaste de fiction, la contribution de Marcel Carrière au cinéma d’ici est inestimable. L’occasion est belle aujourd’hui, avec l’annonce de cette remise de prix, de revenir sur quelques moments forts de sa carrière à l’ONF et de vous offrir une sélection de films auxquels il a participé.

Ses débuts
Marcel Carrière est né à Bouchette, dans la Vallée-de-la-Gatineau, en 1935. Il débute sa carrière à l’ONF en 1956, alors que l’organisme vient tout juste de s’installer à Montréal. Il s’intègre rapidement à l’équipe française ; équipe dont il contribuera largement à l’émergence à la fin des années 1950, et à la consolidation, dans les années 1960. Tout au long de ses années, il en sera l’un des piliers, avec les Claude Jutra, Michel Brault, Gilles Groulx, Pierre Perrault et Fernand Dansereau. Il travaille d’abord, à titre de preneur de son, sur les grandes séries de films pour la télévision, Passe-partout et Panoramique. Mentionnons au passage Chantons maintenant (1956) de Claude Jutra, La communauté juive de Montréal (1956) de Fernand Dansereau, pour la première série, et Les mains nettes (1958) et Pays neuf, respectivement de Jutra et Dansereau, pour la seconde. Ces deux séries sont l’occasion pour Marcel Carrière et les autres membres de l’équipe française de développer une méthode de travail, de créer un esprit de corps et d’expérimenter de nouvelles techniques de tournage.

Un nouveau cinéma
En 1958, il collabore à un court film, presque clandestin, réalisé par Michel Brault et Gilles Groulx, Les raquetteurs. C’est à l’occasion de ce film qu’il réalise, ce qui deviendra la première prise de son direct et synchrone avec la caméra (la fameuse scène de la remise des clés de la ville) ; ce qui à l’époque constitue une innovation majeure. Ce film marquera désormais la marche à suivre pour Marcel Carrière et les membres de l’équipe française, et pavera la voie à une nouvelle façon de faire du cinéma, ce que l’on appellera plus tard le cinéma direct. Dès lors, la contribution de Marcel Carrière aux expérimentations des cinéastes du direct devient essentielle. Technicien sachant s’adapter à tout genre de situation, bricoleur, inventif, il collabore, autant avec les francophones que les anglophones, aux films les plus marquants de ce nouveau type de cinéma. Mentionnons Jour de juin (1959), La lutte (1961), dont il est coréalisateur, À Saint-Henri le cinq septembre (1962), Adultes avec réserve… Boulevard Saint-Laurent (1962), Québec – USA ou l’invasion pacifique (1962), Lonely Boy (1962), Un jeu si simple (1964), 60 cycles (1965) et Stravinsky (1966).

Trois grands films
C’est avec trois grands films, chef-d’œuvre de notre cinématographie, qu’il fait définitivement sa marque. Mentionnons son immense contribution au long métrage documentaire Pour la suite du monde (1962), où, en véritable pionnier, il a su repousser les limites techniques pour saisir la parole des habitants de l’Île-aux-Coudres, personnages éloquents et magnifiques du film. Il collabore également à Le chat dans le sac (1964) de Gilles Groulx, un long métrage de fiction tournée à la manière du direct, et à À tout prendre (1964) de Claude Jutra, réalisé à l’extérieur de l’ONF, film avec lequel le cinéma québécois fait son entrée sur la scène international.

Un cinéaste
Au milieu des années 1960, Marcel Carrière laisse de côté la prise de son afin de se consacrer à la réalisation en solo – il avait coréalisé quelques films auparavant. Son premier film, empreint de l’esprit du direct, Villeneuve, peintre-barbier (1964), dépeint avec humour et justesse le portrait d’un barbier de Chicoutimi, peintre naïf à ses heures. Cet humour, jamais méchant, toujours fait en complicité avec les gens qu’il filme, Marcel Carrière en fera sa marque de commerce, autant en documentaire qu’en fiction. Mentionnons Avec tambours et trompettes (1968), un documentaire sur les zouaves pontificaux, et les deux longs métrages de fiction Ok… Laliberté (1973), dont il est aussi le coscénariste, et Ti-Mine, Bernie pis la gang (1976).

Il s’attaque aussi à des sujets plus sérieux. Nous pensons à Chez nous, c’est nous (1972) sur la fermeture de paroisses gaspésiennes au début des années 1970, tourné dans le cadre du programme Société nouvelle, alors que le cinéma documentaire veut être un instrument de changements sociaux. Il tourne également un autre film dans le cadre de ce programme, De grâce et d’embarras (1979), qui sera son dernier film, sur les habitants de deux petites îles au large de Sorel, qui voient leur existence bouleversée par l’arrivée de citadins. Il est un des premiers occidentaux à tourner en Chine depuis la Révolution culturelle avec Images de Chine (1974). Il s’attaque aussi à des sujets à caractère historique, avec deux films de fiction : Saint-Denis dans le temps… (1969), un long métrage sur la bataille victorieuse de Saint-Denis, menée par les Patriotes contre les Anglais, et La bataille de la Châteauguay (1978), un court métrage qui raconte un épisode des guerres coloniales en Amérique du Nord. En 1976, il est de la grande aventure, à titre de coréalisateur avec Jean Beaudin, Georges Dufaux et Jean-Claude Labrecque, de Jeux de la XXIe Olympiades, un film sur les Jeux olympiques de Montréal.

En 1978, Marcel Carrière devient directeur du Comité du programme français. Sa créativité s’est aussi déployée comme directeur des services techniques et artistiques, où il a su maintenir les activités de production et la recherche à la fine pointe de la technologie, dans des rapports constants avec le milieu cinématographique québécois. Après sa retraite, en 1994, il continue d’apporter sa contribution au milieu culturel, en participant entre autres à la création de l’Institut national de l’image et du son (INIS) et de la Phonothèque québécoise.

About the author

Marc St-Pierre

Marc St-Pierre has a background in cinema, theatre and philosophy. He has been a collection analyst at the National Film Board since 2004.