La bête lumineuse - (Bande-annonce)

Watch the film

  • Pierre Perrault,
  • ,
  • 3 min 17 s

Documentaire sur la traditionnelle chasse à l'orignal, prétexte à fouiller l'âme québécoise. Dans une cabane de Maniwaki, des citadins opèrent leur annuel retour à la nature. Plaisir de se mesurer aux éléments, et de connaître ses limites! Expérience de la mort pour exorciser sa propre mort et renouer avec la chaîne entière de la vie! Mais aussi, esprit de panache, de bravache et de vantardise, et transposition de moeurs sauvages de la meute au sein du groupe d'amis, où on a tôt fait de repérer un souffre-douleur. Une magistrale partie de chasse, une mythologie bien de chez-nous.

From the playlist : Identités et territoires

La chasse à l’orignal, rituel cher à de nombreux Québécois, est ici le lieu des retrouvailles et de l’évasion en forêt, mais aussi de l’expérience de ses limites, des délires éthyliques et de la mise à l’épreuve des amitiés. Dans cet univers de bravade et de compétition masculine, les chasseurs se lient contre le « poète » du groupe, qui devient la cible de toutes les railleries et de tous les mauvais coups. Plus ou moins bien reçu et compris à sa sortie, notamment au Festival de Cannes, ce film déstabilise par un aspect au premier abord cruel. Rarement a-t-on vu dans un documentaire un tel dévoilement de la personnalité intime d’un homme, pris au piège devant une équipe de tournage effacée tel un témoin objectif de la situation. C’est pourtant un film sur l’amitié et la révélation de soi, comme le suggère un dialogue à la fin, si la « victime » accepte de valoriser l’opportunité d’être ainsi mise face à elle-même, « de se faire montrer ses faiblesses ». On comprend particulièrement avec ce film la boutade de son ami le cinéaste Jean-Pierre Lefebvre, disant que Perrault était « le meilleur réalisateur dramatique du cinéma québécois ». Chaque fois qu’on revoit ce film cru, intense et bouleversant, on y trouve immanquablement de nouvelles vérités et une admiration renouvelée.

— Nicolas Renaud

From the playlist : L'œuvre de Pierre Perrault

La chasse à l'orignal, une tradition au Québec, est ici prétexte à fouiller l'âme québécoise et exalter sa «parole». Dans un «shack» de Maniwaki, des citadins opèrent leur annuel retour à la nature... comme on opère un miracle! Mystères de la chasse, qui courtise chance et habileté, avec ce «buck fever» qui diffracte rêve et réalité! Plaisir de se mesurer aux éléments, et de connaître ses limites! Expérience de la mort pour exorciser sa propre mort et renouer avec la chaîne entière de la vie! Mais aussi, esprit de panache, de bravache et de vantardise, et transposition de moeurs sauvages de la meute au sein du groupe d'amis, où on a tôt fait de repérer une victime, un souffre-douleur qui sera soumis à la torture d'une impitoyable ironie. Une magistrale partie de chasse, une mythologie bien de chez-nous.

— Denys Desjardins

Pedagogical evaluations and study guides are only available to CAMPUS subscribers.

CAMPUS

Features designed specifically for teachers

Learn more   Already subscribed? Sign in.

Comments

  • mao

    “Formidable” — mao, 1 Apr 2012

  • alinedumouchel

    “assez bon merci!” — alinedumouchel, 22 Sep 2010

Discuss this film Please sign in to add your comment
Not a member ? Click here

Film Credits

director
Pierre Perrault
producer
Jacques Bobet
camera
Martin Leclerc
sound
Yves Gendron
editing
Suzanne Allard
sound editing
Gilles Quintal
sound mixer
Jean-Pierre Joutel
participation
Maurice Aumont
Stéphane-Albert Boulais
Maurice Chaillot
Michel Guyot
Bernard L'Heureux
Claude Lauriault

Find Similar Films